bandeau_haut

RUBRIQUES  

  • 00-AVANT PROPOS  

  • 01-LE CHIEN EN TURQUIE  

  • 02-LE CHIEN DE RUE  

  • 03-LES CHIENS DE RUE D'ISTANBUL  

  • 04-LE CHIEN DE TRAVAIL  

  • 05-LES « RACES » DE CHIENS EN TURQUIE  

  • 06-UN PEU D'HISTOIRE  

  • 07-LE CHIEN DANS L'HISTOIRE TURQUE  

  • 08-MISE AU POINT SUR LE NOM DU KANGAL  

  • 09-PREMIERS CONTACTS AVEC LES OCCIDENTAUX  

  • 10-LE KARABASH ET LE « BERGER D’ANATOLIE »  

  • 11-GESTION DU KARABASH EN TURQUIE  

  • 12-LE MALAKLI  

  • 13-LE COMBAT DE CHIEN ET LE KARABASH  

  • 14-SES ORIGINES  

  • 15-SA PERSONNALITE  

  • 16-CHOIX DU CHIOT KARABASH EN OCCIDENT  

  • 17-SON EDUCATION EN OCCIDENT  

  • 18-FLANQUER UNE RACLEE  

  • 19-PUNITION DU CHIEN  

  • 20-LA GESTION DE LA HIERARCHIEE  

  • 21-EDUCATION DU JEUNE KARABASH POUR LA PROTECTION DES TROUPEAUX  

  • 22-TRADITIONS ET PRATIQUES PASTORALE  

  • 23-SON AVENIR  

  • 24-SIGNES DISTINCTIFS DU KARABASH  

  • 25-VARIETE DE COULEUR DU PELAGE  

  • 26-SA MORPHOLOGIE, SON ADAPTATION  

  • 27-SON ESPERANCE DE VIE  

  • 28-SON ALIMENTATION TRADITIONNELLE  

  • 29-LA SELECTION DES CHIOTS EN TURQUIE  

  • 30-LA SELECTION DES CHIOTS REPRODUCTEURS EN TURQUIE  

  • 31-CHOISIR UN CHIOT PAR POINTAGE  

  • 32-LE KARABASH « FRANCAIS » PEUT-IL REMPLIR SA MISSION ORIGINELLE DE PROTECTION EN FRANCE ?  

  • 33-LE KARABASH ET LES INSTANCES CYNOPHILES  

  • 34-KARABASH, RACE ENDEMIQUE DE L’ANATOLIE ?  

  • 35-KARABASH, ORIGINAIRE D EUROPE  

  • 36-KARABASH, ORIGINAIRE DE MESOPOTAMIE  

  • 37-LE DOGUE DU TIBET EST IL L’ANCETRE DE TOUS LES CHIENS DE PROTECTION DE TROUPEAUX ?  

  • 38-RECENTES ETUDES GENETIQUES  

  • 39-UN MOT SUR LE PATOU  

  • 40-CONTRIBUTIONS DE NOS AMIS ELEVEURS OCCIDENTAUX  

  • CONCLUSION  

  • ACCUEIL

    FORUM

    LIENS

    NAISSANCES

    Sarayönü, KONYA

    23-SON AVENIR

    Page précédente Page suivante

    Janv 2010

    Celui à l’arrière plan ne sait pas encore ce qui lui arrivera tout à l’heure.

    Nous vivons une époque dans laquelle les « valeurs » se déplacent, se transforment si vite que même le Karabash qui a mis plusieurs milliers d’années pour arriver à ce qu’il est aujourd’hui n’échappe pas à la nouvelle règle.

     

    Les mœurs alimentaires dues au progrès de la médecine moderne se modifient. Les gens mangent de moins en moins gras. La viande ovine n’est plus une denrée aussi demandée qu’autrefois. L’élevage traditionnel n’est plus une activité économiquement rentable. Le nombre de moutons diminue à une vitesse

    Celui à l’arrière plan ne sait pas encore ce qui lui arrivera tout à l’heure.

    préoccupante. Cela entraîne une diminution de la population canine de protection dans les mêmes proportions. L’éleveur qui met fin à son activité d’élevage extensif n’a même plus les moyens de nourrir convenablement ses chiens.

     

    Ulukışla, Niğde
    Salman Yaylası, Altınyayla, Sivas.

    Il y a un autre phénomène qui accentue ce déclin. De plus en plus de jeunes dans le milieu rural cherchent à quitter leur village pour s’installer dans les villes à la recherche d’une vie « meilleure ».

     

    Ils grossissent ainsi la population citadine déjà à la limite de la saturation par rapport aux infrastructures existantes. Trouvent-ils le bonheur tant recherché, c’est une autre question. En tout cas, plus personne ne veut faire de l’élevage traditionnel, la seule activité qui « emploie » des chiens de protection. Le Karabash risque de payer un lourd tribu dans les années à venir. Progressivement, il y aura de moins en moins de chiens de travail sur troupeaux et de plus en plus d’éleveurs de chiens puisqu’il y a une forte demande de ces chiens pour d’autres utilisations. Dans ces conditions, le Karabash qui n’a certainement pas beaucoup changé depuis sa toute première existence ne va pas tarder à accélérer sa mutation pour mieux répondre à la nouvelle demande au détriment des aptitudes que le monde entier lui reconnaît aujourd’hui.

     

    La poussière est omniprésente sur les terres arides asséchées<br>par le soleil.

    Toutes ces « prévisions » nous amènent à reconsidérer le Kangal et le Karabash. S’agit-il uniquement d’un problème d’appellation pour la même « race » ? Le nombre d’éleveurs de Kangal en Turquie ne cesse d’augmenter et nous savons qu’une grande majorité de ces chiens d’élevage (ce n’est pas au sens péjoratif) ne sera jamais utilisée sur troupeaux. L’éleveur de moutons continuera à faire reproduire ses chiens les mieux adaptés à ses besoins pour son travail. Il

    La poussière est omniprésente sur les terres arides asséchées par le soleil.

    n’ira jamais chercher un Kangal chez un éleveur.

     

     

    Bozova, Korkuteli, Antalya

    Depuis les années 70, c’est-à-dire, depuis que nous avons commencé à entendre parler du Kangal, ce chien ne cesse de se transformer. Il est toujours un peu plus grand, un peu plus gros, un peu plus lourd et comme l’effet de mode est passé par là, un peu plus impressionnant. Par contre, il est moins vif, il est moins adapté à la protection du troupeau et dans quelques générations, il ne sera plus adapté du tout à la protection de troupeaux. Même si les éleveurs de Kangal prônent aujourd’hui la modération parce qu’ils se sont rendus compte qu’ils sont allé trop loin, ils ont, un moment donné, eu recours « sans modération » aux molosses occidentaux pour obtenir le résultat que nous venons de décrire. Il fallait accélérer la transformation du Karabash parce que la demande du marché national et international de chiens de type Kangal était trop forte. Au fond, le problème n’est pas à ce niveau là, chacun étant libre de créer la race canine qu’il veut. Le problème de fond, c’est que les éleveurs de Kangal, à l’heure où nous écrivons ces lignes, ne reconnaissent toujours pas les croisements qu’ils ont plus ou moins discrètement pratiqués pendant des années (cela se pratique toujours surtout pour les Kangals destinés au combats de chiens). Encore plus grave, ils ne reconnaissent pas le Karabash, chien de toujours et attribuent les qualités et même l’histoire du Karabash au Kangal, chien créé dans le sens de la demande des marchés depuis quelques dizaines d’années seulement.

     

    Artvin
    Dinar, Afyon

    Qu’on le veuille ou non, nous allons peut-être, probablement à court terme, assister à une séparation, à la création d’une race jusqu’alors inconnue, qui s’appelle déjà le Kangal. Une telle évolution réduira nous l’espérons, le risque de dégénérescence du Karabash.

     

    Quoi qu’il en soit, la population du Karabash dans cette évolution certes diminuera proportionnellement à la raréfaction des pâturages, au recul de l’élevage extensif, mais son existence sera assurée tant que l’élevage traditionnel extensif résistera à cette triste évolution.

     

    Afghanistan
    Turkménistan

     

     

     

     

    Page précédente Haut de page Page suivante

    Pour
    TRADUIRE
    les textes de notre site nous utilisons l'outil linguistique de google, cliquer sur l'image ci-dessous. D'autres moteurs de recherches proposent sans doute le même service.
    For
    TRANSLATING our website click on the following image

    google.fr/language_tools


    AVERTISSEMENT Celles et ceux qui n'arrivent pas à écrire sur le FORUM
    sont invités à utiliser le moteur de recherche MOZILLA FIREFOX
    à la place de Internet Explorer.
    D'après nos essais, c'est ainsi que les portes d'accès à notre forum convivial vous seront grandes ouvertes.
    Pour télécharger gratuitement MOZILLA FIREFOX
    cliquer sur l'image ci-dessous

    Mozilla Firefox


    Nous vous proposons une étude génétique sur l’identité distinct du Karabash rédigée en anglais.
    Pour télécharger ce document sous format pdf : cliquer ici


    Si le document ne s'ouvre pas télécharger gratuitement Adobe Reader en cliquant sur l'image ci-dessous :

    Adobe Reader

    Photo Karabash

    Photo Karabash

    Photo Karabash

    Photo Karabash

    Photo Karabash

    Photo Karabash

    Photo Karabash

    Photo Karabash

    Photo Karabash

    Photo Karabash

    Photo Karabash

    Photo Karabash

    Photo Karabash

    © DERBENT Anne-Marie 2006